Nom de domaine

Voilà un terme populaire, dont l’importance réelle est souvent très mal connue : on pense généralement à l’adresse d’un site internet. Pourtant, le nom de domaine ne se limite pas à ce périmètre : à coté de cette donnée technique, le nom de domaine est aussi le prolongement de l’identité de votre entreprise ou activité sur internet. ce périmètre « communication » , mais aussi le périmètre juridique et le périmètre « référencement » sont bien trop souvent ignorés.

 

 

 

 

Plan de l’article : "Le Nom de domaine"

     Introduction
A/ Nom de domaine : de quoi parle-t-on ?
   - D’un point de vue technique
   - D’un point de vue pratique
   - D’un point de vue juridique
   - D’un point de vu communication
   - D’un point de vue référencement
B/ Réserver votre nom de domaine
   - Disponibilité du nom choisi
         Référencement 
         Situation juridique 
         Objectifs de votre communication 
   - Vous créez votre site internet
   - Vous réservez votre nom de domaine sans créer de site internet
 

Les articles thématiques sur l’utilisation professionnelle d’internet s’enrichissent régulièrement : tenez-vous informés en vous abonnant à la newsletter de l’association Info Web.

 

Le Nom de domaine

 

A/ Nom de domaine : de quoi parle-t-on ?

D’un point de vue technique

Le nom de domaine, c’est l’association d’un terme alphabétique avec une adresse numérique (IP pour Internet Protocol). Les deux sont associés par le système DNS (Domain Name System).
L’avantage est qu’il est plus facile de communiquer avec un mot qu’avec une adresse numérique.
Une adresse IP hexadécimale (IPv6) complète ça donne ça : 2201:0dc6:0000:48a3:0000:0000:ab8f:
Renseigner « info-web.org » est beaucoup plus simple.
Enfin, ce sont des « registres » (registrar), organismes agréés qui gèrent les réservations de nom de domaine. Il ne peut y avoir qu’un seul nom de domaine associé à une même adresse numérique sur le réseau www.  La plus part des hébergeurs physiques ou des sociétés de services d’hébergement se fournissent auprès de ces registres.

D’un point de vue pratique

Dans 99% des cas, quand vous souhaitez vous connecter au site internet de l’association Info-Web, vous lancez votre navigateur (Firefox, Chrome, Safari, Explorer…) et vous saisissez dans votre moteur de recherche la requête « info-web ».
>  Le moteur de recherche vous propose une liste de sites possibles (trié en fonction de ses critères de qualité) et vous cliquez sur le titre correspondant à https://www.info-web.org/  
>  Le navigateur reçoit votre demande et va interroger des serveurs DNS pour obtenir l’adresse IP du serveur associée à ce nom, hébergeant le site internet de l’association Info Web. Il va alors se connecter à cette adresse numérique et demander au serveur de lui envoyer la page de l’association, qu’il va ensuite vous afficher sur votre écran.  Tout ça ne prend que quelques microsecondes si le site est bien configuré sur un hébergement correct.

D’un point de vue juridique

Compte tenu de ce fonctionnement, comprenez bien que vous n’êtes pas du tout sur le même plan qu’avec l’Inpi, auprès de laquelle vous aller créer vos droits sur votre marque. Ici, c’est le premier qui réserve qui garde le nom de domaine.  
Cependant,  l’utilisation que vous en faites reste soumise au droit Français. Ne réservez pas un nom d’enseigne commerciale existante, surtout si vous proposez les même produits ou services. N’allez pas exemple utiliser le nom de domaine « ochan.com » pour vendre des produits de grande consommation… La jurisprudence des tribunaux de commerce est très fournie dans ce domaine et vous serez à coup sûr condamné.
En revanche, il se trouve que ce mot existe en langue Créole : vous pouvez parfaitement utiliser « ochan.com » pour faire la promotion de la culture Créole et même vendre des produits dérivés.
Là vous vous situez sur un marché et une activité complètement différente du groupe Auchan.

D’un point de vu communication

Votre nom de domaine c’est d’abord votre nom pour communiquer : votre réputation sur internet commence là. Prenez le temps de réfléchir à ce nom. Dans l’idéal, créez un nom court, facilement prononçable et mémorisable par votre cible, qui évoque votre activité, produit ou service auprès de vos clients potentiels. Choisissez un nom adapté à votre communication, à votre logo, à votre charte graphique… Et déclinable sur vos supports de communication, numériques et physiques (carte, flyer, plaquette, affiches…)
C’est en général le nom de votre entreprise, mais ça peut aussi celui de votre métier, votre slogan (s’il est court), un lieu ou même votre nom.  Vous pouvez aussi associer des mots : métier-lieu, nom-produit, etc… Il n’y a pas de limite tant que le terme reste simple et vous identifie clairement auprès de votre cible.      
Même si vous n’avez pas de site internet ou et ni de réseaux sociaux, vous avez au minimum une adresse e-mail professionnelle.
Ayez cette adresse e-mail avec votre nom de domaine :  nom.préCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. comme l’association Info Web : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.; Peut importe que vous ayez ou non un site internet, Votre « e-réputation » commence par là.
Communiquez avec votre nom et pas avec celui d’un fournisseur d’accès (à qui vous faites de la pub au passage…)  Nous sommes très en retard en France sur ce sujet, mais sachez que dans les pays Européens, surtout les états du nord, aucun entrepreneur ne lance son activité sans la réservation du nom de domaine correspondant.  Chez nous, il est malheureusement commun de voir des adresses professionnelles au nom des autres (Gmail, Free, Orange, Sfr, Bouygue…)

D’un point de vue référencement

Vérifiez sur les moteurs de recherche si votre nom ou un nom proche est déjà utilisé et profitez-en pour tester les mots clés et requêtes habituellement utilisées pour rechercher votre activité : si géographiquement il n’existe personne d’autre dans votre activité, il vous sera relativement facile d’être bien référencé.  En revanche, si les sites déjà présents sont nombreux et si certains sont bien conçus et font de l’audience, ce sera beaucoup plus compliqué…  Voire même impossible : par exemple, si vous vendez des chaussures, testez « chaussures femme » en requête sur les moteurs de recherches. Vous verrez que toutes les grandes enseignes Européennes sont là !
Il vous faudra communiquer avec une stratégie de niche, avec des requêtes où ces grosses sociétés ne sont pas présentes : « chausseur créateur Lormont »  « chaussures personnalisées Lormont » etc…
 

B/ Réserver votre nom de domaine

Disponibilité du nom choisi

Dès que vous avez une idée générale sur les termes à employer, vérifiez que le nom de domaine soit disponible. Pour ça vous avez des outils qui se nomment « Whois » (pour « who is ? » en anglais) :  https://whois.icann.org/fr   (organisme auprès duquel sont affiliés les registres)   .com  .org  .net  …  
https://www.afnic.fr/fr/produits-et-services/services/whois/   pour le .fr
 -  Il est disponible : action !
 -  Il n’est pas disponible : trouvez-en un autre, vous n’avez pas le choix.
Évitez vraiment de prendre le même nom (je l’ai vu faire) en jouant sur le domaine de premier niveau :  réserver en « .fr » ou « .net » à la place du « .com » du domaine déjà pris.
Ayez toujours le réflexe « référencement ». Ensuite gardez à l'esprit votre situation « juridique » et les objectifs de votre communication.
> Référencement : quand vos clients vont saisir votre nom sur leur moteur de recherche pour trouver votre site, le moteur leur proposera d'abord les sites existants avant vous et il est certain que de nombreux visiteurs iront visiter le ou les sites concurrents. Bref, à vouloir prendre un nom de domaine trop proche de sites existants vous contribuerez à renforcer leur audience et finalement à aider ces sites concurrents à rester devant vous... et au pire à leur envoyer des clients !
Le seul cas où il est permis de jouer sur le domaine de premier niveau (.com / .fr / .net…) :
nom domaine réservé mais pas utilisé pour diriger sur un site internet et activité du titulaire de la réservation soit très différente de la vôtre.  
> Situation juridique : vous vous retrouvez dans un cas similaire à celui développé plus haut et vous n’aurez aucun recours.
> Objectifs de votre communication : il n'existe pas de cas de figure où communiquer sur le nom de son concurrent procure un avantage... en tout cas pour vous !

Vous créez votre site internet

En prenant l’hébergement (à votre nom et directement auprès de l’hébergeur physique : voir l’article « Hébergement » pour apréhender les concéquences en terme de propriété) il vous sera demandé de réserver votre nom de domaine. Les hébergeurs l’incluent dans l’offre d’hébergement. (Tarifs autour de 80€ par an) Assurez-vous des services associés à votre nom de domaine et particulièrement la possibilité de le transférer chez un autre hébergeur quand vous le souhaitez.

Vous réservez votre nom de domaine sans créer de site internet

Faite la réservation auprès d’un registre professionnel et non chez un hébergeur. Ces derniers ont chacun leur façon de gérer les noms de domaine et pas toujours à votre avantage, par exemple en vous obligeant à être hébergé chez eux le jour où vous créez votre site internet ou votre blog.
Chacun son métier : le registre pour le nom de domaine seul,  l’hébergeur quand vous aurez besoin d’un serveur partagé pour votre site internet.
D’autant que la plupart des hébergeurs se fournissent auprès de ces mêmes registres professionnels… Donc, allez directement à la source.
Par exemple auprès de Bookmyname : c’est un registre Français (Online), avec une interface très simple et vous pouvez migrer votre nom de domaine où vous le souhaitez par la suite.   https://www.bookmyname.com/  Les tarifs vont de 6€ à 12€ par an en fonction du type de domaine  de premier niveau.
http://www.bookmyname.com/nom_de_domaine/tarif_nom_de_domaine.html  Vous disposez d’un web-mail avec des adresses e-mail illimitées, bien pratique pour votre image et vos documents de communication professionnels (cartes de visite, plaquettes… et mailing)

Dans les deux cas, méfiez-vous des offres à très bas prix : un hébergement en dessous de 60€ par an et un nom de domaine à moins de 5€ par an, il y a de grandes probabilités pour que vous soyez captif.
 
 
Les articles thématiques sur l’utilisation professionnelle d’internet s’enrichissent régulièrement : tenez-vous informés en vous abonnant à la newsletter de l’association Info Web.