Datacenter
Hébergement, un terme très répandu dans le vocabulaire « web ». Nous constatons pourtant que peu de personnes savent réellement de quoi il s’agit. Vous-même, savez-vous exactement où est hébergé votre site internet ou votre blog ?  Qui est réellement votre hébergeur physique ? Quelles sont les conditions de cette prestation et ce que cela implique pour vous ?  De quoi êtes-vous véritablement propriétaire ?
D’expérience, nous constatons que ces éléments sont très souvent ignorés, alors que dans les faits,  l’hébergement de vos données est un élément extrêmement important.
 
 
 
 
Plan général de l'article : "L’hébergement web : c’est quoi ?"
    
    Introduction
A/ Hébergement : de quoi parle-t-on ?
   - Mise à disposition de matériel et de services
   - Le datacentre
B/ Qui peut se revendiquer « hébergeur » ?
   - Les hébergeurs « physiques »
   - Les sociétés de services informatiques et web
C/ Les différents types d’hébergement
   - Hébergement Infonuagique 
   - Hébergement dédié 
   - Hébergement VPS
   - Hébergement partagé 
D/ Héberger mon site internet ou mon blog
   - Etre le client direct de l’hébergeur physique
   - Un nom de domaine réservé à votre nom
   - Un datacentre en France
   - Un hébergement partagé
   - Des services qui font la différence
 
Les articles thématiques sur l’utilisation professionnelle d’internet s’enrichissent régulièrement : tenez-vous informés en vous abonnant à la newsletter de l’association Info Web.
 
 
L'Hébergement web : c'est quoi ?

 

A/ Hébergement : de quoi parle-t-on

Mise à disposition de matériel et de services

On parle du service fourni par l’hébergeur qui vous loue son infrastructure informatique. L’hébergeur met à votre disposition les serveurs de son datacentre pour y placer vos données, dont vous définissez ensuite la façon d’y accéder. Les services proposés diffèrent selon l’utilisation que vous souhaitez faire de votre (vos) serveur(s) : serveur de votre entreprise (avec tous vos fichiers professionnels, vos programmes utilisés pour vos tâches commerciales ou administratives…) , serveur applicatif (pour travailler à distance par exemple…) ou encore serveur web pour installer votre ou vos site(s) internet.

Le datacenter

C’est ce dernier cas qui nous intéresse ici : vous lisez ces lignes parce que l’association Info-Web est hébergée sur un serveur destiné au web, donc accessible par tous depuis votre navigateur.
Pour garantir à 100% le fonctionnement de ses serveurs 24h/24 (niveau de service exigé pour une présence professionnelle de votre entreprise sur internet et particulièrement en matière de e-commerce) le métier d’hébergeur est devenu extrêmement technique. Une garantie de service continu implique une alimentation électrique qui puisse être secourue pour être en autonomie au moins quelques heures à quelques jours, des systèmes anti-effraction, anti-immersion, anti-feu et extinction automatique, filtration de l’air, contrôle de l’humidité, mais aussi anti-piratage…
Le fonctionnement des serveurs (particulièrement les processeurs) génèrent beaucoup de chaleur qu’il faut évacuer vers l’extérieur. Le refroidissement des serveurs et son aspect énergivore est d’ailleurs devenu un sujet de préoccupation au regard de l’impact environnemental d’un datacentre.
Il faut aussi mettre en œuvre des techniques permettant de changer « à chaud » certains éléments du serveur pour le « réparer » sans l’arrêter. Il faut aussi pouvoir garantir en permanence un bon niveau de débit en gérant la charge du réseau entre plusieurs fournisseurs d’accès.
Bref, sans aller dans le détail, retenez que ce sont de véritables usines à data qui se chiffrent en million d’euro. A titre d’exemple, la société OVH, un hébergeur Français leader mondial (top 5) revendique plus de 27 datacentres pour plus de 300 000 serveurs actifs.
 

B/ Qui peut se revendiquer « hébergeur » ?

Les hébergeurs « physiques »

Comme nous venons de le voir, ces datacentres sont les hébergeurs physiques (ou « réel ») de vos données. Par exemple, notre association Info-Web est hébergée par la société O2switch, hébergeur Français qui va fêter ses 15 ans en 2018, dont le datacentre est situé à côté de Clermont Ferrand. C’est donc depuis un serveur Auvergnat que vous consultez ces lignes.

Les sociétés de services informatiques et web

Par extension  de nombreuses sociétés de services proposent des services d’hébergement, sans être elles-mêmes l’hébergeur physique. Elles louent un ou des serveurs chez un hébergeur physique et vous « sous-louent » l’hébergement, en prenant leur marge au passage. Légalement ça ne pose pas de problème dans la mesure où elles ne revendiquent pas la propriété du datacentre.
Commercialement, elles jouent sur l’ambiguïté et le manque d’information technique de leurs clients pour laisser penser qu’elles ont une « grande » maîtrise technique. Hébergeur, ça fait sérieux…
On voit souvent des annonces d’entreprises de services informatiques ou de « web agency » qui n’hésitent pas un instant à se revendiquer hébergeur…  Quand on connaît le coût d’un datacentre, ça fait sourire. En revanche, les conséquences pour votre entreprise de ce modèle économique ne vous feront pas rire du tout... (détail sur le paragraphe "Etre le client direct de l’hébergeur physique")
 

C/ Les différents types d’hébergement

Il existe quatre grands types d’hébergement et nous allons les préciser du plus coûteux au plus abordable.

Hébergement Infonuagique

Hébergement Infonuagique : ou « nuagique », le fameux « cloud computing » très répandu dans le lexique publicitaire. Ce type d’hébergement consiste à utiliser les ressources de plusieurs serveurs sur un même réseau. C’est une structure technique classique qui correspond aux besoins de gros opérateurs : dans un même ensemble (symbolisé par le fameux dessin en forme de nuage) on trouve l’infrastructure physique (serveurs, mémoire, capacité de calcul, réseaux…), la structure informatique (fichiers, bases de données…) et les applications (logiciels, types de fonctions, interfaces utilisateurs..). Dans cet ensemble cohérent, tout est définit et contrôlé, ce qui permet d’ajuster les ressources en fonction de vos besoins et de facturer à l’utilisation réelle du service.
En termes de tarif la fourchette est extrêmement large, de quelques centaines d’euro par mois, à plusieurs centaines de milliers d’euros…

Hébergement dédié

Vous louez un ou plusieurs serveurs que vous administrez vous-même. Le serveur dédié est une solution classique pour des entreprises qui ont besoin de ressources physiques, sans aller jusqu’à avoir leur propre installation en local. C’est la solution pour la confidentialité de vos données.
En matière de web, le serveur dédié est conseillé quand vous avez des pics dépassant les 4 à 5000 connexions/jour, ou à partir de 100 000 visites mensuelles. Nous sommes là sur des sites qui commencent à générer régulièrement de l’audience.    
La fourchette va de 200€ à plus de 500€ par mois selon les services demandés.

Hébergement VPS - Virtual Private Server

On passe là sur des ressources matérielles partagées. Vous n’êtes plus seul sur votre serveur comme dans le cas précédent (dédié), vous êtes hébergés sur un serveur dont les ressources matérielles sont partagées de façon égale avec les autres serveurs virtuels présents sur ce serveur. Vos données sont isolées dans une même machine virtuelle qui vous est dédiée. Ce vps se comporte comme un serveur dédié mais vous permet d’économiser sur la partie physique.
La tendance des tarifs est à la baisse : à partir de 40€ par mois jusqu’à 500€ ou plus.
c’est le plus simple et le plus abordable des hébergements. Vous louez un petit secteur sur lequel vous installez vos données. Le serveur héberge simultanément de 50 à plus d’un millier de sites internet selon les cas. Vous ne vous occupez que de l’administration de votre site internet, sans avoir besoin d’administrer le serveur qui est géré par l’hébergeur.

Hébergement partagé (ou mutualisé)

c’est le plus simple et le plus abordable des hébergements. Vous louez un petit secteur sur lequel vous installez vos données. Le serveur héberge simultanément de 50 à plus d’un millier de sites internet selon les cas. Vous ne vous occupez que de l’administration de votre site internet, sans avoir besoin d’administrer le serveur qui est géré par l’hébergeur.
C’est la solution classique pour les tpe et les entreprises qui débutent et pour des sites à « petite » audience.
Le coût se situe autour de 3 à 10€ par mois.
 

D/ Héberger mon site internet ou mon blog

Maintenant que nous avons fait ce tour d’horizon technique sur l’hébergement, il va falloir choisir un hébergeur pour votre site internet. Vous allez voir que ce n’est finalement pas bien compliqué, tant que vous gardez bien en tête les pièges à éviter.

Etre le client direct de l’hébergeur physique

Vous devez être personnellement le client de l’hébergeur physique (ou hébergeur réel)
A première vue ça paraît évident… Mais dans les faits, nous constatons que dans de très nombreux cas ce n’est pas vous qui êtes le client de l’hébergeur physique, mais la société de services informatiques par laquelle vous êtes passé.
Voilà le schéma classique : le prestataire loue un serveur chez un hébergeur, il place ensuite ses clients dans ce serveur. De cette façon, il vous apporte effectivement un service d’hébergement dans un datacentre. Il n'y a rien d'illégal dans ce type de procédé, mais du point de vue de vos intérêts professionnel, il convient d'être méfiant, notemment en ce qui concerne la propriété technique du site internet. (à rapprocher de l'article sur le Nom de Domaine qui soulève les mêmes types de problèmes liés à la propriété de l'hébergement)
Illustration hebergement en prestataire
Plaçons-nous maintenant du point de vue du client : vous avez un contrat qui vous lie à un prestataire et vous n’avez aucun lien, ni commercial ni juridique avec l’hébergeur physique de votre site internet. Vous vous exposez à au moins cinq types d’inconvénients majeurs.
 
> Première conséquence : si vous voulez changer d’hébergeur, (en général pour des raisons techniques, lenteur, site souvent inaccessible …) vous perdez votre site internet (qui est bien hébergé dans le serveur du prestataire) et vous perdez votre nom de domaine (qui appartient généralement au prestataire dans ce cas de figure). Vous gardez juste les contenus du site, s’ils vous appartiennent.

> Deuxième conséquence : si vous voulez changer de prestataire (le plus souvent à cause du manque de suivi, de l’impossibilité d’évolution ou alors trop coûteuse…) pareil, vous perdez votre site et votre nom de domaine, puisqu’il est chez votre prestataire et que vous n’avez pas de contrat avec l’hébergeur physique. Un nouveau prestataire ne peut pas rentrer dans le serveur du précédent pour procéder à une migration du site… Techniquement c’est du piratage, du recel et du vol de données…

> Troisième conséquence : si en plus vous avez signé un contrat avec des forfait mensuels sur plusieurs années (là aussi c’est fréquent) vous devez aller jusqu’au terme pour espérer sortir… et toujours sans votre site internet.

> Quatrième conséquence : si le contrat avec le prestataire est à votre nom et pas à celui de votre
entreprise (cas général), si vous cessez votre activité, vous devrez payer les mensualités restantes (d’ailleurs le site reste en ligne généralement jusqu’au paiement total)

> Cinquième conséquence possible : c’est la pire conséquence, le prestataire fait faillite ou stoppe son activité. Quand le contrat n’est plus renouvelé entre l’hébergeur physique et le prestataire informatique, le serveur est réinitialisé et tout ce qui est dessus disparaît, à commencer par votre site internet et votre nom de domaine (qui redeviendra publique au bout de 6 mois en général)… et vous n’avez aucun recours.

Résultat, on peut dire que dans ce système,  non seulement vous devenez un client « captif » mais en plus vous prenez de grands risques.  

Pour éviter ces pièges aux conséquences parfois désastreuses (cas de sites e-marchands dont les exploitants ont dû repartir de zéro) vous devez impérativement vous retrouver dans le schéma suivant :
Illustration hebergement a votre nom
 
Vous avez un hébergement en votre nom auprès d’un hébergeur physique et vous pouvez dans le même temps déléguer à un prestataire web la réalisation de votre site internet.
Un bon critère pour déterminer le sérieux du prestataire : qu’il vous propose lui-même de prendre avec vous et à votre nom, votre hébergement auprès d’un hébergeur physique en France.
Là, vous êtes « propriétaire de votre hébergement et de votre nom de domaine »
Ensuite, vous lui confiez les codes d’accès à votre hébergement et il y installera la base technique de votre site internet.

Un nom de domaine réservé à votre nom

Comme nous venons de le voir, il est impératif que le nom de domaine soit réservé à votre nom.
En pratique, cette réservation a lieu la plus part du temps en même temps que le contrat d’hébergement. S’il est à votre nom, le nom de domaine suivra.
Si vous avez un nom de domaine déjà réservé par ailleurs, assurez-vous qu’il soit bien réservé à votre nom et transférable sur votre hébergement.

Un datacentre en France

Nous le précisons tout de même parce qu’avec certaines offres gratuites ou à très bas prix, nous constatons que les sites sont installés en Europe (voire dans le monde) pour profiter d’opportunités commerciales auprès de datacentres qui « soldent » leurs espaces disponibles pour mieux rentabiliser leur parc serveur.
Ne perdez pas de vue que les moteurs de recherche situent géographiquement votre site internet : vous pouvez avoir un domaine en « .fr » et rédigé en Français, si le serveur est en Hongrie, pour le moteur de recherche vous êtes d’abord sur le territoire Hongrois.
Attention : le référencement de votre site internet commence ici. Le fait qu’il soit à l’étranger n’est pas bloquant en soit, mais l’apriori du moteur de recherche se base sur la géographie. Par exemple, le même site hébergé en France et en Hongrie : pour des requêtes en France, le site hébergé en France remontera bien mieux que le même site hébergé en Hongrie.
Dans l’absolu, on héberge un site dans le territoire où l’on recherche l’audience.

Un hébergement partagé

Comme nous l’avons vu plus haut, dans la très grande majorité des cas, un hébergement partagé (ou appelé aussi mutualisé) suffit très largement. C’est un très bon rapport qualité/prix.

Des services qui font la différence

Les services fournis par l’hébergeur sont très importants :
>  Intervention rapide de l’hébergeur en cas de souci : en cas de disfonctionnement vous devez pouvoir compter sur une intervention très rapide avec de vraies solutions.
>  Migration de vos données : vous devez pouvoir transférer votre nom de domaine et migrer vos données chez un autre hébergeur si besoin. C’est une contrainte technique que tous les hébergeurs n’offrent pas.
 

En résumé, vous devez choisir votre hébergeur sur des critères techniques objectifs
    • Contrat direct auprès d’un hébergeur physique en France
    • Un hébergement partagé offrant de bons services de maintenance.
    • Un nom de domaine transférable chez un autre hébergeur si besoin
 
Les articles thématiques sur l’utilisation professionnelle d’internet s’enrichissent régulièrement : tenez-vous informés en vous abonnant à la newsletter de l’association Info Web.